Soutenir la production et le partage d'informations qui contribuent au changement social

Français

PROTOCOLE D’ENGAGEMENT POUR LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DE L’INFORMATION RELATIVE AUX POPULATIONS CLES

Le droit du public à une information de qualité, complète, libre, indépendante et pluraliste, rappelé dans la Déclaration des droits de l'homme et dans la Charte de Munich, guide le journaliste dans l'exercice de sa mission. Cette responsabilité vis-à-vis du citoyen prime sur toute autre

Discours religieux et perception de l’homosexualité en Côte d’Ivoire

L’objectif de cette étude des discours religieux sur l’homosexualité en Côte d’Ivoire est de mettre en avant l’argumentaire religieux sur l’homosexualité en Côte d’Ivoire, d’une part. D’autre part, cette étude vise à renforcer les connaissances des médias et de la société civile ivoirienne sur les positions des groupes religieux dominants en Côte d’Ivoire sur la question homosexuelle.
 

LÉGISLATION ET DROITS DES PERSONNES LGBTI EN COTE D’IVOIRE

Ce brief sur « La législation et les droits des LGBTI en Côte d’Ivoire » a pour objectif de parvenir à un traitement plus juste de la question LGBTI en Côte d’Ivoire, et à un traitement de l’information fondé sur le respect de l’éthique professionnelle et des droits fondamentaux des personnes.
 

ETAT DES LIEUX DES LOIS QUI AFFECTENT LES POPULATIONS CLES

L’une des problématiques actuelles des droits de l’homme est le respect de la protection des
droits des personnes, dont le statut est réprimé par les lois nationales. Il s’agit des
« populations-clés ». Ces derniers deviennent des sujets de droit sans droits du fait, de leur
comportement ou action.
La notion de « populations-clés » regroupe trois catégories : les professionnels du sexe,
les usagers de drogues et la communauté LGBT (Lesbiennes, Gay, Bisexuels,

APPROCHE HISTORIQUE ET SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE DES CONSTRUCTIONS DE GENRE AUTOUR DE LA SEXUALITÉ

Le débat public sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre est dominé par un
argumentaire souvent basé sur les considérations religieuses, culturelles, juridiques ou
politiques généralement non exhaustives et interprétées de manière unilatérale. Bien que des
travaux pertinents menés, entre autres par des chercheurs africains, aient démontré le
contraire, l’un des principaux points de divergence reste le présupposé d’une origine non
africaine à l’homosexualité et à l’identité transgenre. En fait, de nombreuses études

Discours religieux et perception des LGBTI au Sénégal

Ces dernières années on a assisté à une résurgence de l’homophobie dans certains pays
africains, notamment au Cameroun, en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Le débat sur
l’homosexualité a déjà une longue histoire en Occident, comparé à l’Afrique contemporaine où
le sentiment moral populaire reste largement homophobe. Jusqu’à très récemment, nombreux
étaient les Africains qui suivaient ce débat sur la légitimité de l’homosexualité de loin, par le
biais des médias, comme étant « l’affaire des Blancs ». Mais le pouvoir qu’ont les médias de

Zoer Ouldedine, LBGT algérien : «Il y a contradiction entre l’ambition de contrôler la maladie et le contexte juridique qui est défavorable »

Il est et le coordonnateur régional chargé de la documentation et du plaidoyer à la Fondation Arabe pour la liberté et l’égalité. Une Ong algérienne qui défend les intérêts des communautés Lgbt et dont le membre était présent au forum des Ong des droits de l’homme qui a été organisé à Banjul en Gambie à la veille de la tenue de la 61è session et 30è anniversaire de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples.

Violation des droits humains : Résolution sur la protection contre la violence et d'autres violations des droits humains de personnes sur la base de leur identité ou orientation sexuelle réelle ou supposée

La Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (la Commission), réunie en sa 55ème Session ordinaire tenue du 28 avril au 12 mai 2014, à Luanda, Angola.

Vih/sida : Des contradictions étonnantes

Lorsque l’Union Européenne a alloué un financement à l ’association   de défense des homosexuels, le gouvernement camerounais fustigé cette donation qui s’apparentait à une ingérence de l’UE dans les affaires camerounaises. Le Ministre camerounais des relations extérieures, André EYEBE AYISSI s’est insurgé contre d’un partenaire au développement.