GOUVERNANCE

Le programme Gouvernance de l’Institut Panos Afrique de l’Ouest vise à renforcer le professionnalisme, la pertinence sociale des médias traditionnels, ainsi que leur appropriation des médias communautaires ou citoyens de manière à ce que ces médias contribuent à une gouvernance plus démocratique en Afrique de l’Ouest. 

L’IPAO appuie les différents types de média à accroître la participation des citoyens dans les décisions politique ; à veiller à l’exécution de ces décisions, notamment en interpelant les décideurs sur leur redevabilité ; et à assurer une plus grande transparence aux institutions, notamment en favorisant l’accès des citoyens aux informations publiques.

Les projets de l’IPAO sont très fortement axés sur la gouvernance locale, à travers les médias communautaires, mais aussi sur l’articulation entre gouvernance locale et nationale (à travers des co-productions et coopérations entre médias locaux et mainstream). Ils contribuent au renforcement des différents angles de la gouvernance : la gestion du foncier et des ressources naturelles ; le suivi budgétaire des ressources publiques ; le contrôle de l’action parlementaire et de la tenue des élections ; la gestion du changement climatique et de la dégradation environnementale.

Les contenus accessibles sur cette plateforme ont été réalisés par différents types de médias : locaux (les radios communautaires), aussi bien que « mainstream » et sociaux.

Les genres journalistiques employés sont divers. Ils vont des investigations aux micro-programmes réalisés dans les radio-clubs citoyens, en passant par le journalisme parlementaire, ou les débats télévisés. Les producteurs de ces contenus sont eux-aussi très divers. Certains sont des journalistes des grands journaux et radios nationales, d’autres sont des membres d’organisations de base opérant à l’échelle d’une collectivité locale ou même d’un quartier.

Les langues dans lesquelles ces contenus sont produits témoignent de toutes ces diversités : du français – ou de l’anglais – à des langues locales minoritaires dans leur propre pays, en passant par des langues locales transnationales (comme le Peul, le Fulani), le dioula ou le malinké.

Onglets principaux